Test GeForce RTX 3050 - milieu de gamme VGA

Test de la GeForce RTX 3050

Test de la GeForce RTX 3050

Test GeForce RTX 3050 : milieu de gamme VGA

Début janvier, NVIDIA présentait la GeForce RTX 3050, une carte graphique très attendue qui se positionne directement dans le qualité moyenne et que, comme plusieurs de nos lecteurs le savent maintenant, il n'y aura pas de version Founders Edition.

Cela signifie que ce sont les assembleurs qui seront chargés de commercialiser directement leurs éditions de cette carte graphique et de modifier la valeur en conséquence.

Cette question est essentielle, car elle implique que, bien que la valeur de référence de la GeForce RTX 3050 est de 279 euros, Est vous pouvez changer selon le modèle que nous choisissons, sa qualité et le cahier des charges de chaque assembleur qui représentent une valeur ajoutée.

De cette façon, les éditions de la GeForce RTX 3050 avec un design et des finitions beaucoup plus modestes devraient être beaucoup plus proches de ce prix suggéré, tandis que les déclinaisons premium, avec des finitions de meilleure qualité, auront un prix beaucoup plus élevé.

GeForce RTX 3050

Je n'ai rien dit de nouveau c'est ainsi que le champ a fonctionné depuis quelques années maintenant, mais j'ai adoré le clarifier parce que je comprends que c'est une question essentielle, et qu'elle n'est peut-être pas aussi claire pour nos lecteurs moins compréhensifs.

La vérité est que l'attente semblait longue.

Dès le moment où NVIDIA a introduit l'architecture Turing, j'avais hâte de voir un modèle de qualité standard équipé de cœurs RT et de cœurs Tensor.

Malheureusement, la RTX 2050 ne s'est pas matérialisée, du moins dans sa version desktop, et il a fallu attendre la GeForce RTX 3050 pour trouver une carte graphique qui tente de démocratiser, sérieusement, les deux technologies, et il le fait en se plaçant sous les 300 euros.

Je sais qu'avec celui qui tombe sur le marché général des cartes graphiques grand public, il est très difficile de parler de coûts, mais comme je l'ai dit à d'autres occasions, Je veux partir des coûts de référence de chaque produit, puisque le reste sont des coûts non officiels résultant de la spéculation et de la cupidité.

GeForce RTX 3050

Aujourd'hui, l'attente touche à sa fin.

Plus précisément, le modèle que nous avons en main le Version GIGABYTE Eagle qui, comme nous le verrons bien plus tard, réunit une qualité de conception et de fabrication incroyable pour la gamme où se situe cette carte graphique.

GeForce RTX 3050 : Ampère de la meilleure façon

Boîtier GeForce RTX 3050

La GeForce RTX 3050 est basée sur l'architecture Ampère de NVIDIA et est, comme nous l'avions prévu, une solution graphique de qualité standard.

Au-delà du fait qu'elle s'encadre à un niveau que nous avons la possibilité d'estimer comme "économique", ne renonce à aucune des spécifications clés de cette architecture, ce qui signifie que l'énorme vert n'a introduit aucune coupure dans cette carte graphique.

C'est un aspect essentiel, plus que tout, sachant ce qui s'est passé avec la Radeon RX 6500 XT.

Nous avons dit que la GeForce RTX 3050 utilise au mieux l'architecture Ampère, ce qui signifie qu'elle a un bloc de base RT de deuxième génération, qui sont utilisés pour libérer les shaders de toute la charge de travail rendue par le lancer de rayons, car ils exécutent tout ce qui concerne les intersections rayon-triangle, les limites de cadre, le système de bosse, les intersections de traversée BVH et ont également la capacité d'interpoler calculer l'interpolation de chaque triangle dans temps d'utiliser des effets de flou de mouvement.

À côté de ces cœurs RT de deuxième génération, nous avons un bloc de noyaux tenseurs de troisième génération, dont la spécialité est l'IA (intelligence artificielle), l'inférence et l'éducation profonde.

L'algorithme qui rend possible DLSS est exécuté sur eux, une technologie de reconstruction et de remise à l'échelle capable de l'image qui, comme nous l'avons maintenant vu dans diverses analyses professionnelles, est capable d'améliorer les performances sans avoir à faire de sacrifices en qualité d'image.

En vérité, dès que nous l'exécutons en mode qualité, c'est avec la capacité de surpasser la résolution native.

GeForce RTX 3050

Ampère de la meilleure façon.

Les noyaux RT de deuxième génération améliorent la possibilité de fonctionner complètement asynchrone, Oui double capacité à calculer les intersections aux cœurs RT de première génération, ce qui se traduit par des performances bien supérieures.

De leur côté, les cœurs tenseurs de troisième génération représentent également un saut essentiel, puisque ont la possibilité de doubler les performances Turing lorsque vous travaillez avec des matrices creuses.

La GeForce RTX 3050 maintient le pari de la spécialisation, une approche fondamentale dans la mesure où, sans ces 2 blocs de cœurs spécialisés, il ne serait pas envisageable d'activer le ray tracing dans les jeux tout en conservant un niveau de fluidité optimal, et nous n'aurions pas l'occasion de profiter des vertus que donne le DLSS.

NVIDIA a voulu montrer la différence que font les cœurs RT au moment où nous activons le lancer de rayons, et pour cela, ils ont partagé l'image que nous observons juste en dessous de ces lignes.

La GTX 1650, qui est sa devancière directe, n'a pas la possibilité de faire défiler Control ou Minecraft avec le ray tracing actif, tandis que la GeForce RTX 3050 dépasse toujours les 60 FPS.

Étonné ? Puisqu'il est tout à fait compréhensible, en fin de compte, tout le travail que font les cœurs RT dans la GeForce RTX 3050 sont en charge des shaders dans le cas de la GTX 1650 qu'en plus de cela, il doit accomplir d'autres tâches.

Bien sûr, cela suppose un surcoût colossal qui allonge considérablement le temps de rendu de chaque image, rendant les jeux une véritable passe d'écran.

Performances de la GeForce RTX 3050 par rapport à la GTX 1650

Je sais que ce graphique a suscité une certaine controverse, mais pour moi Cela me semble correct car il présente le saut générationnel que représente la GeForce RTX 3050, non seulement à cause de l'augmentation barbare de la capacité qui découle du passage à Ampère, mais aussi à cause de l'introduction de ce matériel spécialisé qui nous permet de profiter des technologies de nouvelle génération.

Ces 2 blocs de cœurs spécialisés se répartissent encapsulés avec les shaders, les entités de texturation et le reste des éléments qui composent le GPU qui monte la GeForce RTX 3050.

Ce GPU est un GA106-150-A1, qui est fabriqué en développement 8nm Samsung, et est réparti au total en 2 GPC (Graphics Processing Clusters), dix TPC (Texture Processing Clusters) et 20 entités SM (Continuous Use Multiprocessors).

Chaque unité SM basée sur Ampère doubler le nombre de shaders que nous avons trouvé à Turing.

Cela signifie que nous sommes passés de 64 shaders à 128 shaders.

Doubler le nombre de shaders, c'est doubler la capacité, par période d'horloge, travailler avec des opérations en virgule flottante de précision facile (FP32), qui sont les plus essentielles au moment où l'on parle de jeux, et celles qui le sont beaucoup plus privilégier des tâches aussi rigoureuses que le ray tracing.

Cette unité SM a également 4 entités texturantes, 4 cœurs tenseurs et un cœur RT, et dispose d'un total de 128 Ko de cache L1.

Comme nous l'avons dit, les 128 shaders ont la possibilité de travailler avec des opérations FP32, et la moitié de ces shaders peuvent également fonctionner simultanément avec des opérations INT32.

Force est de constater qu'au niveau architectural, Ampère continue d'être aujourd'hui le plus avancé dans le domaine graphique.

Nouvelle génération de shaders, RT cores et tensor cores

Nous apprenons à connaître le sous-système de mémoire de la GeForce RTX 3050 et nous sommes avec un bus 128 bits, qui est accompagné d'un total de 8 Go de GDDR6 fonctionnant à 14 GHz.

NVIDIA a fait un excellent travail à cet égard, puisqu'il a assemblé une splendide proportion de mémoire graphique et façonné un sous-système de mémoire capable d'atteindre une bande passante de 224 Go/s.

Que NVIDIA ait décidé d'intégrer 8 Go de mémoire GDDR6 dans la GeForce RTX 3050 n'est pas un hasard.

Cette carte graphique utilise la mise en page PCIE Gen4 x8, ce qui signifie que, si nous le connectons à un slot PCIE Gen3, il fonctionnera en mode x8, avec la réduction de bande passante que cela implique.

Heureusement, ayant 8 Go de mémoire graphique, la hausse des performances est presque nulle.

D'autre part, il faut garder à l'esprit que ce montant dépasse de loin le niveau parfait dont nous aurons besoin pour jouer en 1080p et en qualité maximale, même en activant les textures à la limite et le ray tracing.

Je vous ai dit que la GeForce RTX 3050 détient toutes les clés de l'architecture Ampère, et au moment où je dis tout, c'est tout.

Cela signifie qu'il enregistre le compatibilité avec la norme HDMI 2.1, ce qui augmente la bande passante de 18 Gbps à 48 Gbps, et le décodage AV1, un format d'encodage vidéo libre et ouvert qui offre une compression de meilleure qualité et des performances supérieures à celles des codecs H.264, HEVC et VP9.

Comme prévu, cette nouvelle carte graphique fonctionne également avec les pilotes experts Resizable BAR, NVIDIA Reflex, NVIDIA RTX I/O, NVIDIA Broadcast et NVIDIA Studio.

Test GeForce RTX 3050 : Ampere révolutionne le milieu de gamme 34

Informations sur la GeForce RTX 3050

  • Noyau graphique GA106 en 8nm.
  • 2 560 shaders à 1 552 MHz-1 792 MHz.
  • 80 entités de texturation.
  • 48 entités raster.
  • 80 noyaux tenseurs de troisième génération.
  • 20 cœurs RT de deuxième génération.
  • Collectif 128 bits.
  • 8 Go de GDDR6 à 14 GHz (224 Go/s de bande passante).
  • Capacité en FP32 : 9,09 TFLOP.
  • Plate-forme de travail PCIE Gen4 x8.
  • Nécessite un connecteur d'alimentation à 8 broches et une alimentation de 450 watts est recommandée.
  • Coïncidant avec DirectX 12 Ultimate.
  • TBP : 130 watts.
  • Prix : à partir de 279 euros.

Examen extérieur de GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050

GeForce RTX 3050

Le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 a un design assez sobre et une taille très solide. Personnellement, j'aime la ligne angulaire et les données bleues que la société taïwanaise a utilisées dans ce modèle.

Le simple fait de le sortir de la boîte saute en vue qualité de construction incroyable qui le place au-dessus de ce que nous avons l'habitude de voir dans sa gamme.

Il suffit de voir les photos pour s'en rendre compte.

GIGABYTE a pris soin de chaque point de cette carte graphique et a monté un système de refroidissement à double ventilateur soutenu par un radiateur de taille remarquable.

À l'arrière, nous avons une plaque métallique arrière, qui contribue à la solidité structurelle, aide aux tâches de refroidissement et met, à côté du couverture avant en méthacrylatel, la cerise sur la partie esthétique.

Les ventilateurs montés sur le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 utilisent lubrifiant au nano graphène, qui peuvent théoriquement augmenter la durée de vie jusqu'à 2,1 fois, ont la capacité de tourner dans des directions opposées pour faire progresser le flux d'air et ils restent complètement éteints au moment où la charge de travail est réduite, ce qui se traduit par des performances totalement discrètes.

Toutes les pales du ventilateur ont une finition incurvée avec de petites lignes tridimensionnelles dans leur zone, ce qui est bénéfique pour le passage de l'air, comme on peut le voir sur l'image ci-jointe.

GeForce RTX 3050

Du côté où nous sommes avec un connecteur de nutrition supplémentaire à 8 broches, qui est nécessaire au bon fonctionnement du GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050, car il a un TBP de 130 Watts.

Cette consommation ne serait pas réalisable sans un connecteur d'alimentation supplémentaire, car le slot PCIE ne fournit qu'un maximum de 75 watts. Cependant, au vu de la consommation de cette carte graphique, nul doute qu'elle aurait suffi avec une connectique 6 broches pour une nutrition supplémentaire.

GeForce RTX 3050

Le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 utilise une conception à double emplacement, mais a une empreinte très compacte, ce qui lui permet de s'adapter confortablement même dans les plates-formes où l'espace est limité.

Ses mensurations en attestent : 213 mm de long, 120 mm de large et 41 mm de proéminent. A l'arrière, il a 2 connecteurs DisplayPort 1.4a avec 2 sorties HDMI 2.1.

Ma première rencontre avec le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 a été très positive.

Il est clair que nous sommes face à un modèle bien construit et de qualité, la certification Ultra Durable en atteste, et sa conception et son système de refroidissement le placent parmi les options beaucoup plus attrayantes que nous avons réussi à trouver dans le premier "lot" de RTX 3050.

GeForce RTX 3050

Après ce premier contact, et après avoir revérifié les clés bien plus essentielles de l'architecture Ampère, nous sommes prêts à nous lancer à fond dans les tests de performances, même si nous allons d'abord passer en revue le matériel et le programme que nous avons utilisés dans cette analyse.

appareil d'essai

  • Windows 11 comme système d'exploitation.
  • Processeur Intel Core i5-12600K.
  • Carte mère Gigabyte Aorus Master Z690.
  • Mémoire RAM Corsair VENGEANCE, DDR5 à 4 400 MHz avec des latences CL36 en 2 modules de 32 Go chacun (64 Go ensemble).
  • SSD Vital SATA III de 480 Go.
  • SSD WD Black SN850 2 To PCIE Gen4 x4.
  • Carte graphique GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 avec mémoire GDDR6 de 8 Go.
  • Système de refroidissement liquide LCD Corsair iCUE H150i Elite.
  • Alimentation Corsair RM1000x 80 Gold Certified 1 000 W.

GeForce RTX 3050

GeForce RTX 3050

Nous avons activé la technologie Resizable BAR, qui permet à l'unité centrale de traitement d'accéder aux 8 Go de mémoire graphique de la GeForce RTX 3050, une fonctionnalité qui peut améliorer les performances de certains jeux.

Chacun des titres a été réglé sur une qualité maximale pour essayer de mettre le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 dans les cordes, car, au final, il s'agit d'une carte graphique conçue uniquement pour se déplacer librement dans une telle résolution.

Cependant, grâce au DLSS, il est capable de suggérer un niveau optimal de fluidité dans des résolutions plus élevées sans abandonner un niveau de qualité prédominant, comme nous le verrons dans cette analyse.

GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 Performances

GeForce RTX 3050 rdr2

Quake RTX 2 GeForce RTX 3050

Performances GeForce RTX 3050

Performances GeForce RTX 3050

Performances GeForce RTX 3050

Performances GeForce RTX 3050

Performances GeForce RTX 3050

Performances GeForce RTX 3050

Performances GeForce RTX 3050

Performances GeForce RTX 3050

Performances GeForce RTX 3050

En matière de performances, le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 fait tourner les têtes, et il le fait pour de bon.

C'est une carte graphique qui remplit son objectif de Amener efficacement le lancer de rayons et le DLSS à une qualité standard, et il le fait si bien que c'est avec la possibilité de trouver des taux FPS jouables avec ray tracing, une qualité active et maximale sans avoir besoin de recourir, habituellement, au DLSS.

Par exemple, dans Metro Exodus Enhanced Edition, qui nécessite un matériel dédié pour accélérer le lancer de rayons, le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 atteint une moyenne de 39 FPS sans DLSS, et avec DLSS en mode qualité, les performances atteignent 58 FPS. .

Dans ce jeu, DLSS évolue très bien même à 1080p car les exigences du lancer de rayons sont si élevées.

L'explication est très simple, la réduction du nombre de pixels rendus aide à lisser les performances de cette technologie. (le terme traditionnel de rayon de pixel). Si vous n'avez toujours pas de soucis, je vous recommande de revoir ce produit sur le lancer de rayons.

Cette tendance se poursuit dans chaque jeu où nous avons la possibilité d'activer le lancer de rayons.

Le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 prend en charge le type spectaculaire, et le DLSS évolue bien même lorsque nous passons en mode performance avec ce que j'ai maintenant expliqué, bien que personnellement Je vous suggère de ne pas aller au-delà du mode équilibré, car, à partir de 1080p, la perte de netteté en mode performance parfaite ne compense pas l'augmentation du nombre d'images par seconde.

GeForce RTX 3050

En 1080p et en qualité maximale, sans ray tracing, le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 offre des performances exceptionnelles pour la gamme où il s'adapte, et si nous activons le DLSS en mode qualité, c'est avec la capacité de déplacer n'importe quoi avec une fluidité totale, même le rigoureux Cyberpunk 2077, et aussi God of War, bien que ce dernier m'ait donné des résultats quelque peu étranges.

Peut-être est-ce dû à un problème de pilote, ou simplement à l'optimisation du jeu qui, je le rappelle, utilise DirectX 11.

Je sais que beaucoup de nos lecteurs s'inquiètent d'une éventuelle perte de performances lors de l'utilisation de cette carte graphique, qui est livrée avec le framework PCIE Gen4 x8, sur le connecteur PCIE Gen3 x8.

Vous pouvez être détendu, la perte de performance est si minime que, de quelle manière seulement un objectif considérable, Je n'ai ressenti qu'une réduction moyenne de 2% dans DOOM Eternal.

Avec cela, je veux dire que oui, le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050, et n'importe quel GeForce RTX 3050 en général, Il est parfait pour mettre à niveau un PC limité vers PCIE Gen3.

GeForce RTX 3050

Pour des performances raster relatives, le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 il n'en reste que peu sous la GeForce RTX 2060, mais il a l'avantage d'avoir une mémoire beaucoup plus grande de 2 Go.

Si nous prenons en considération le DLSS, le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 c'est avec la capacité de surpasser, avec cette technologie en mode qualité, la Radeon RX 6600.

De même c'est beaucoup plus fort que celui-ci en ray tracing, et sans activer le DLSS, donc avec le DLSS, vous pouvez imaginer ce qui se passe.

Consommations, températures et vitesses de travail

Nous avons maintenant clairement les performances fournies par le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050, C'est une carte graphique conçue pour le 1080p.

De même possible en 1440p, même sans DLSS, mais à cette résolution, l'activation du lancer de rayons a généralement une assez grosse bosse.

Son niveau parfait est celui, 1080p.

Nous nous tournons maintenant vers trois données clés, la consommation, la température et les vitesses atteintes par le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050.

Nous commençons par la consommation, et comme nous pouvons le voir dans l'image ci-jointe, les valeurs qu'il enregistre sont assez bonnes, et ce n'est que légèrement au-dessus de la Radeon RX 6600, qui a atteint un pic de 124 watts dans notre examen.

Il ne fait aucun doute, nous n'aurons pas besoin d'une source très puissante pour déplacer en douceur le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050.

Consommation GeForce RTX 3050

Nous passons à ce moment là pour connaître les températures, et encore une fois nous nous heurtons avec un très bon résultat.

Le pic maximum de 69 degrés a été enregistré en jouant à Metro Exodus Enhanced Edition.

Le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 a de la place pour overclocker, c'est sûr, mais pour cela, nous devons régler le limiteur de capacité, ce qui augmente la consommation et les températures au lieu d'un gain de performances qui, en moyenne, sera d'environ 4% et le 7%.

Température GeForce RTX 3050

Nous en avons fini avec les fréquences de travail. Le GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 est overclocké en interne, car il dispose d'une méthode turbo à 1 792 MHz, ce qui se voit lorsque nous surveillons l'agilité du GPU dans différents jeux.

Il atteint la barrière des 1 900 MHz, mais dans la plupart des situations, ce chiffre est encore quelque peu faible, comme nous pouvons le voir dans le graphique ci-joint.

Vitesse RTX 3050

Notes finales : un énorme saut de génération

GeForce RTX 3050

Nous avons traîné une séquence difficile dans le domaine graphique, qui n'accepte pas la discussion, et l'arrivée de cartes graphiques comme la Radeon RX 6500 XT est un symptôme clair que les choses vont si mal qu'il semble que tout va bien.

Heureusement, NVIDIA n'a pas suivi les traces d'AMD avec la Radeon RX 6500 XT, et fait de la GeForce RTX 3050 un véritable saut générationnel qui, dans des conditions normales de marché, aurait toléré d'apporter le ray tracing et le DLSS à tous les clients disposant d'un budget inférieur à 300 euros.

Malheureusement, nous ne sommes pas dans un environnement habituel, et il est évident qu'au final la GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050, et chacune des GeForce RTX 3050 en général, finira par dépasser ces 279 euros qui marquent son prix de vente conseillé. .

Cependant, et en regardant à quoi ressemble l'image aujourd'hui, où les cartes graphiques moins puissantes que la GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 coûtent maintenant 500 euros, je pense que l'arrivée de cela aura un choc très positif, et quand son prix se normalise Ce sera l'un des meilleurs modèles de sa catégorie.

 

Au niveau des performances, la GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 m'a laissé un excellent goût en bouche, pas seulement à cause du fait que surpasse largement la GTX 1650, sa devancière directe, en rastérisation, mais plutôt par le fait qu'en plus de cela il a démontré que ses noyaux RT et ses noyaux tensoriels représentent véritablement une plus-value considérable face à cela.

C'est avec la possibilité d'exécuter si bien des jeux actifs à lancer de rayons qu'il surpasse les modèles beaucoup plus chers. avec cette technologie active, et le DLSS apporte un bonus de performance si énorme que, généralement, il le place un niveau au-dessus de celui qui lui correspond par plage.

NVIDIA a fait un excellent travail avec la GeForce RTX 3050, et la GIGABYTE Eagle GeForce RTX 3050 se distingue comme un modèle attrayant, tant en termes de conception que de qualité de fabrication.

Ce qui se démarque dans sa gamme, et dans sa gamme de prix, même en connaissant l'inflation viable qui parvient à avoir au moment où il arrive sur le marché demain.

avis définitif

RÉSUMÉ

Nous avons traîné une séquence difficile dans le domaine graphique, qui n'accepte pas la discussion, et l'arrivée de cartes graphiques comme la Radeon RX 6500 XT est un symptôme clair que les choses vont si mal qu'il semble que tout va bien.

Heureusement, NVIDIA n'a pas suivi les traces d'AMD avec la Radeon RX 6500 XT, transformant la GeForce RTX 3050 en un véritable saut de génération qui, dans des conditions normales de marché, aurait toléré d'apporter le ray tracing et le DLSS à tout le monde. les particuliers disposant d'un budget inférieur à 300 euros.

Partager cette publication:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *